Le systema

Le principe du systema

Une approche globale de l’individu

Le Systema se différencie des autres disciplines sportives ou martiales principalement par son approche globale de l'individu : l'unité du corps et de la psyché afin de faire face aussi bien en temps de paix (la vie quotidienne) qu'en temps de guerre (situations extraordinaires).

Cette unité dans le Systema part du principe que la vie dans toute sa richesse ne doit pas être compartimentée. Un être humain est un tout qui ne peut pas être changé par petit bout mais entièrement. 

Ainsi, la pratique du systema implique une transformation complète de l'individu, de son corps, de sa psyché, de sa perception et de sa conscience vers un état plus naturel et plus sain.

[Un mot sur le terme de psyché. C'est un terme qui définit l'esprit comme le centre des pensées, des émotions et des comportements qui, de manière consciente ou inconsciente, déterminent les réponses de notre corps à notre environnement physique et social.]

L’art d’un mouvement libre et continu

Le systema se distingue par sa manière particulière de se mouvoir, d’agir et de réagir. Lorsque l’on pratique le systema on ne rentre jamais en opposition même (et surtout) en cas de conflit ou si l’on doit neutraliser quelqu’un.

L’objectif est de toujours permettre au mouvement de circuler en éliminant toutes tensions qui généraient le mouvement. On apprend à ne jamais donner de supports (physiques ou psychologiques) à son adversaire, ce qui permet d’éliminer toute sa force d’action et par conséquent de gagner un avantage considérable.

En se conditionnant à cet état le pratiquant devient totalement libre d’agir sans friction et de manière naturelle et saine.

Le fondement du Systema est une psyché calme. Ce calme s'exprime et est maintenu par des mouvements compacts et précis. Moins le corps s'agite plus la psyché est calme et vice et versa. Lorsque quelqu'un fait des mouvements amples, compliqués, se cogne au sol, se déplace de façon saccadée, comprime son corps et manque d'efficacité et de précision, cela montre que sa psyché est tendue et instable : ce n'est pas du Systema.

Un travail sur la sensation et l’expérimentation

Pour pouvoir travailler sans apprentissage technique, les exercices en systema sont globalement à visées éducatives plus que tactiques. C'est-à-dire que les exercices vont permettre d’expérimenter par soi même des principes et des sensations pour les intégrer au corps et à l’esprit. Cet apprentissage se fait en essayant de mettre le mental de côté le plus possible.

En pratique voici le travail que vous retrouverez dans la pratique du systema

  • La respiration, pilier indispensable dans l’apprentissage
  • Un travail honnête sur l'humain qui passe par l'échange et le rôle actifs des partenaires
  • Exercice physique où le but est la recherche de liberté de mouvement plutôt que la création de tensions musculaires puissantes.
  • Déplacement et mobilité au sol ou debout, seul ou en jeu de lutte avec partenaires armé ou non.
  • Gestion des frappes. C'est-à-dire apprendre à recevoir et à donner des coups sans générer de tensions parasite. En systema on n’utilise aucune protection ou support de frappe parce que l’on cherche dans nos actions un effet sur l’humain. On parle de frappe "pleine".
  • Déstructuration (apprendre à manipuler une autre personne pour la contrôler)
  • Gestion émotionnelle et psychologique
  • Travail de perception, conscience de soi, des autres et de son environnement
  • Travaille interne en opposition au travail externe. L’interne est tout l’aspect non visible qui peut entrer dans la dynamique du mouvement (rien d’ésotérique ici).

Qu’est ce que le systema ?

Le systema est un art martial russe qui amène par la construction du corps et un travail de sensations fines à conditionner les bon réflexes face aux stress émotionnels et physiques. La méthode d'apprentissage est unique et atypique, dirigée vers la maîtrise d'un mouvement fluide, l'exploration et la découverte des capacités naturelles du corps et de l'esprit.

Il faut savoir qu'à travers le terme de systema, beaucoup de discipline très différentes existent. Le systema enseigné ici à Poitier est issu du courant Ryabko/Vasiliev, ou systema "Poznai Sebia" qui signifie "Connais toi toi même" en russe.

Voici la définition du systema par Konstantin Komarov, un des grands noms du systema Ryabko/Vasiliv, issu de son livre : Systema : Methode d'apprentissage.

"Le systema est une méthode d'enseignement et de formation physique et psychologique harmonieuses fondée sur les traditions historiques, spirituelles et martiales russes. C'est également une démarche concrète, qui se manifeste au travers d'exercices physiques et psychologiques."

La pratique du systema

Pas de techniques

Dans l'apprentissage initial du Systema le procédé plus conventionnel d'apprentissage de technique et de mouvement est inutile. Parce que tous ces éléments nouveaux ne formerons jamais un tout et ne changeront pas le pratiquant, elles ne laisseront que des traces superficielles. Cela ne peut qu'encombrer la psyché et ralentir le travail en situation stressante.

C'est pourquoi il n'y a pratiquement pas de techniques ou de mouvements spécifiques dans le systema. Le travail en Systema est un travail sur l'état et le potentiel de la psyché et du corps. 

Si vous apprenez des techniques vous n'êtes pas en train d'apprendre le Systema.

Un reconditionnement profond par l'apprentissage de principes

Plus on grandit et plus l'expérience et l'intériorisation des normes et des lois de la société nous éloigne de l'état naturel et sain de la petite enfance. Cet éloignement est le résultat d'une accumulation de peurs, de tensions et de blocages de toutes sortes qui encombrent notre corps et notre psyché. Ces limites nous empêchent d'agir efficacement et ce sont ces limites dont il faut se débarrasser en priorité.

La première étape en Systema est une sorte de régression : un retour à l'enfance et ainsi à un état plus naturel. Il ne s'agit donc pas d'apprendre mais de désapprendre ce que nous avons acquis au cours de nombreuses années.

La base pour maîtriser le Systema consiste en une restructuration profonde du corps et de la psyché en commençant par rejeter la majorité de nos vieilles habitudes physiques et spirituelles, en revenant aux origines : l'état naturel de l'enfance.

Pour Konstantin, le Systema n'est ni un art martial ni un sport mais une science de la vie, de la vie d'un guerrier. Par son biais, on ne peut que changer entièrement.

Qu’est ce que le systema ?

Définir le systema est un exercice qui peut s'avérer parfois compliqué. Il faut savoir qu'à travers le terme de systema, beaucoup de discipline très différentes existent. Le systema enseigné ici à Poitier est issu du courant Ryabko/Vasiliev, ou systema "Poznai Sebia" qui signifie "Connais toi toi même" en russe.

Voici la définition du systema par Konstantin Komarov, un des grands noms du systema Ryabko/Vasiliv, issu de son livre : Systema : Methode d'apprentissage.

"Le systema est une méthode d'enseignement et de formation physique et psychologique harmonieuses fondée sur les traditions historiques, spirituelles et martiales russes. C'est également une démarche concrète, qui se manifeste au travers d'exercices physiques et psychologiques."

Le principe du systema

Une approche globale de l’individu

Le Systema se différencie des autres disciplines sportives ou martiales principalement par son approche globale de l'individu : l'unité du corps et de la psyché afin de faire face aussi bien en temps de paix (la vie quotidienne) qu'en temps de guerre (situations extraordinaires).

Cette unité dans le Systema part du principe que la vie dans toute sa richesse ne doit pas être compartimentée. Un être humain est un tout qui ne peut pas être changé par petit bout mais entièrement. 

Ainsi, la pratique du systema implique une transformation complète de l'individu, de son corps, de sa psyché, de sa perception et de sa conscience vers un état plus naturel et plus sain.

[Un mot sur le terme de psyché. C'est un terme qui définit l'esprit comme le centre des pensées, des émotions et des comportements qui, de manière consciente ou inconsciente, déterminent les réponses de notre corps à notre environnement physique et social.]

L’art d’un mouvement libre et continu

Le systema se distingue par sa manière particulière de se mouvoir, d’agir et de réagir. Lorsque l’on pratique le systema on ne rentre jamais en opposition même (et surtout) en cas de conflit ou si l’on doit neutraliser quelqu’un.

L’objectif est de toujours permettre au mouvement de circuler en éliminant toutes tensions qui généraient le mouvement. On apprend à ne jamais donner de supports (physiques ou psychologiques) à son adversaire, ce qui permet d’éliminer toute sa force d’action et par conséquent de gagner un avantage considérable.

En se conditionnant à cet état le pratiquant devient totalement libre d’agir sans friction et de manière naturelle et saine.

Le fondement du Systema est une psyché calme. Ce calme s'exprime et est maintenu par des mouvements compacts et précis. Moins le corps s'agite plus la psyché est calme et vice et versa. Lorsque quelqu'un fait des mouvements amples, compliqués, se cogne au sol, se déplace de façon saccadée, comprime son corps et manque d'efficacité et de précision, cela montre que sa psyché est tendue et instable : ce n'est pas du Systema.

La pratique du systema

Pas de techniques

Dans l'apprentissage initial du Systema le procédé plus conventionnel d'apprentissage de technique et de mouvement est inutile. Parce que tous ces éléments nouveaux ne formerons jamais un tout et ne changeront pas le pratiquant, elles ne laisseront que des traces superficielles. Cela ne peut qu'encombrer la psyché et ralentir le travail en situation stressante.

C'est pourquoi il n'y a pratiquement pas de techniques ou de mouvements spécifiques dans le systema. Le travail en Systema est un travail sur l'état et le potentiel de la psyché et du corps. 

Si vous apprenez des techniques vous n'êtes pas en train d'apprendre le Systema.

Un reconditionnement profond par l'apprentissage de principes

Plus on grandit et plus l'expérience et l'intériorisation des normes et des lois de la société nous éloigne de l'état naturel et sain de la petite enfance. Cet éloignement est le résultat d'une accumulation de peurs, de tensions et de blocages de toutes sortes qui encombrent notre corps et notre psyché. Ces limites nous empêchent d'agir efficacement et ce sont ces limites dont il faut se débarrasser en priorité.

La première étape en Systema est une sorte de régression : un retour à l'enfance et ainsi à un état plus naturel. Il ne s'agit donc pas d'apprendre mais de désapprendre ce que nous avons acquis au cours de nombreuses années.

La base pour maîtriser le Systema consiste en une restructuration profonde du corps et de la psyché en commençant par rejeter la majorité de nos vieilles habitudes physiques et spirituelles, en revenant aux origines : l'état naturel de l'enfance.

Pour Konstantin, le Systema n'est ni un art martial ni un sport mais une science de la vie, de la vie d'un guerrier. Par son biais, on ne peut que changer entièrement.

Un travail sur la sensation et l’expérimentation

Pour pouvoir travailler sans apprentissage technique, les exercices en systema sont globalement à visées éducatives plus que tactiques. C'est-à-dire que les exercices vont permettre d’expérimenter par soi même des principes et des sensations pour les intégrer au corps et à l’esprit. Cet apprentissage se fait en essayant de mettre le mental de côté le plus possible.

En pratique voici le travail que vous retrouverez dans la pratique du systema

  • La respiration, pilier indispensable dans l’apprentissage
  • Un travail honnête sur l'humain qui passe par l'échange et le rôle actifs des partenaires
  • Exercice physique où le but est la recherche de liberté de mouvement plutôt que la création de tensions musculaires puissantes.
  • Déplacement et mobilité au sol ou debout, seul ou en jeu de lutte avec partenaires armé ou non.
  • Gestion des frappes. C'est-à-dire apprendre à recevoir et à donner des coups sans générer de tensions parasite. En systema on n’utilise aucune protection ou support de frappe parce que l’on cherche dans nos actions un effet sur l’humain. On parle de frappe "pleine".
  • Déstructuration (apprendre à manipuler une autre personne pour la contrôler)
  • Gestion émotionnelle et psychologique
  • Travail de perception, conscience de soi, des autres et de son environnement
  • Travaille interne en opposition au travail externe. L’interne est tout l’aspect non visible qui peut entrer dans la dynamique du mouvement (rien d’ésotérique ici).